Mise au point de l’image

Tomasz Tomaszewski | Contemplation

Chaque jour, si le temps le permet, les indigènes affluent à Zócalo, l’immense place centrale de Mexico. Dès le petit matin, la transformation s’opère : ils se parent de vêtements traditionnels, se maquillent comme leurs ancêtres, dansent et accomplissent des rituels. Ils brûlent les racines médicinales et purifient les âmes des touristes. Mais ce ne sont pas des traditions réchauffées pour le bonheur des passants dans l’espoir de récolter quelques pesos : les gens qu’ils traitent et divertissent sont eux-mêmes des Mexicains. Et pour ces indigènes qui offrent un tel spectacle, c’est un mode de vie important : celui qui perpétue leurs traditions et leurs rituels, et pérennisent leur héritage.

Dans ce cas particulier, j’avais à cœur de capturer les fabuleuses tenues à plumes et les subtilités du maquillage de cet homme, mais pas seulement. Je voulais une image avec un regard qui communiquait quelque chose de spécial et qui ferait que le spectateur s’arrête, réfléchisse ou s’interroge.

Pour parvenir à un tel résultat, comme toujours, j’avais besoin d’éliminer les barrières entre nous. Nous avons donc parlé, appris à nous connaître un peu mieux et sommes allés au-delà de la simple relation touriste/sujet. Quand j’ai pris la photo, j’ai adoré le regard qu’il m’a finalement donné. Avec une part de mystère, voire même de danger.

Tomasz Tomaszewski, portrait d’un homme en costume tribal © Tomasz Tomaszewski | Sony α1 + FE 24-70mm f/2.8 GM | 1/125s @ f/8.0, ISO 1600

Pour mettre en valeur les couleurs dans une image comme celle-ci, vous avez besoin de lumière. L’homme se trouvait dans l’embrasure d’une porte, à l’abri du soleil. J’ai donc utilisé une petite lampe LED en plus de mon Sony Alpha 1 doté d’un objectif 24-70mm f/2.8 GM. Ceci a permis de faire ressortir toute la délicatesse des teintes et des nuances des plumes, tout en soulignant son visage.

J’ai utilisé une exposition de 1/125 s à une ouverture f/8 et sélectionné la sensibilité ISO 1600. Si d’habitude, j’aurais plutôt tendance à prendre des photos avec une ouverture plus large, ici, je cherchais cette profondeur de champ supplémentaire que m’offrait une ouverture f/8 pour mettre en valeur la finesse de la texture et les détails de ses vêtements. Avec le stabilisateur optique Steady-Shot intégré de l’Alpha 1, je savais qu’une vitesse d’obturation de 1/125 s préserverait la beauté et la netteté de l’image. Et je pouvais sans crainte laisser l’ISO automatique monter jusqu’à 1600 puisque, avec l’Alpha 1, je sais que, même à 6400, je n’ai pas à me soucier du bruit. Le résultat est simplement magnifique. La fonction Eye AF, quant à elle, s’est immédiatement calée sur l’œil du sujet, comme il fallait s’y attendre.

Lorsque vous travaillez avec un appareil photo comme celui-ci, en sachant que vous pouvez compter dessus en toutes circonstances, vous avez l’esprit plus libre et vous pouvez davantage laisser libre cours à votre créativité. Je lui fais une confiance totale. Pas besoin de passer du temps à ajuster les paramètres ou même à vérifier à l’écran si les images sont nettes ou bien exposées : je sais tout simplement qu’elles le sont. Parce que je peux me concentrer sur un moment plutôt que de penser aux réglages de l’appareil photo, celui-ci devient le prolongement de mon œil. Et ça, c’est ce qui fait de l’Alpha 1 un appareil vraiment complet.

Produits présentés

Tomasz Tomaszewski

Tomasz Tomaszewski | Poland

« Ce qui m’intéresse en photographie, ce n’est pas le sujet de la photo en lui-même, mais plutôt les questions que celle-ci peut soulever. »

Articles connexes

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter α Universe

Félicitations, votre inscription à la newsletter α Universe a été validée.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Malheureusement, une erreur est survenue.

Félicitations, votre inscription a été validée.