Alpha Universe : détails de l’histoire
Le voir pour y croire

Alin Popescu

« Chaque fois que je publie une photo infrarouge, je l’appelle “ le monde parallèle ” », explique Alin Popescu, « car c’est là, sous vos yeux, sans que vous ne puissiez le voir. » C’est la définition même de la photographie infrarouge. En comparaison avec les prises de vues classiques, l’infrarouge c’est comme « Le Monde à l’Envers » de la série Stranger Things. Un endroit qui, d’un point de vue visuel, coexiste avec ce que nous voyons, mais qui reste complètement caché jusqu’à ce que nous le faisions apparaitre grâce aux outils adaptés.

alin popescu sony alpha 6000 cliché infrarouge d’une scène urbaine avec vélo bleu au premier plan

© Alin Popescu | Sony α6000 + FE 16-35 mm f/4 ZA OSS | 1/125s @ f/8,0, ISO 160

Par chance, nul besoin d’un faisceau laser divisant les dimensions pour voir la beauté de cet autre monde. Tout ce dont vous avez besoin, c’est d’un appareil qui a été transformé pour capter la lumière infrarouge ; dans le cas d’Alin, un Sony α6000. Et si la conversion, ou l’utilisation de filtres pour ne garder que les rayons infrarouges d’une scène ne sont en rien des pratiques nouvelles, l’utilisation d’un boîtier Sony sans miroir, comme a choisi de le faire Alin, présente de nombreux avantages.

« Lorsque j’ai délaissé le reflex pour des modèles sans miroir », explique Alin, « j’ai tout de suite apprécié cette nouvelle manière de photographier. D’abord avec l’α6000, puis avec l’α7s, l’α7R II et à présent, l’α9. Mais, après m’être débarrassé de tous mes vieux reflex, j’ai réalisé que le boîtier que j’avais modifié pour photographier en infrarouge me manquait. J’ai donc décidé de convertir mon α6000. »

alin popescu sony alpha 600 cliché infrarouge d’un canal avec ciel sombre parsemé de nuages denses

© Alin Popescu | Sony α6000 + FE 16-35 mm f/4 ZA OSS | 1/125s @ f/10, ISO 160

Pourquoi convertir son matériel plutôt que d’utiliser des filtres ? « Convertir un boîtier d’appareil photo », dit-il, « est la meilleure option pour photographier l’infrarouge. En se contentant d’ajouter des filtres à un objectif, vous bloquez tellement de lumière (aussi bien les rayons infrarouges que la lumière visible) que vous devez travailler avec des expositions de 20 ou 30 secondes en plus d’utiliser un trépied. La conversion, quant à elle, consiste à remplacer le filtre anti UV/IR (ou “ miroir chaud ”), généralement situé face au capteur, par un filtre ne bloquant que les rayons UV et la lumière visible. L’appareil “ voit ” ainsi en infrarouge, ce qui vous permet d’effectuer vos prises de vue comme d’ordinaire. »

Alin a toujours cherché à se démarquer et à photographier « ce qui n’intéresse pas les autres. J’ai commencé la photo HDR dès ses prémices, puis j’ai tout arrêté quand tous les autres s’y sont mis », rit-it. Mais, avec l’infrarouge c’est différent. C’est si inhabituel que ça m’est resté. Et tandis que la plupart des gens connaissent le beau rendu infrarouge classique, avec un feuillage clair contrastant sur un ciel sombre, vous pourriez être surpris par ce qu’il est possible de trouver. »

alin-popescu-sony-alpha-6000-cliche-infrarouge-de-palmiers-dans-une-grande-serre

© Alin Popescu | Sony α6000 + E PZ 16-50 mm f/3.5-5.6 OSS | 1/60s @ f/3.5, ISO 640

Comme quoi ?, demandons-nous. « Comme les différentes manières dont les matériaux reflètent la lumière infrarouge », explique Alin, « que ce soit nos vêtements, la peinture des bâtiments... ou même les fleurs. Lorsque l’on regarde une fleur en infrarouge, il arrive que l’on y voit des motifs, des détails qui dirigent l’attention sur le nectar et le pollen, comme s’il s’agissait du balisage lumineux d’une piste d’atterrissage pour abeilles. C’est ce que j’essaye de montrer à travers mes images ; ce à quoi le monde ressemblerait vu avec des yeux différents. »

 

alin popescu sony alpha 6000 cliché infrarouge d’une maison en plein désert avec arbre en arrière-plan

© Alin Popescu | Sony α6000 + FE 16-35 mm f/4 ZA OSS | 1/160s @ f/8,0, ISO 100

Et ce qui est véritablement formidable avec un appareil sans miroir converti, c’est que grâce au viseur électronique, vous pouvez utiliser ces « différents yeux » en temps réel. « C’est la principale différence par rapport à l’utilisation d’un reflex », souligne Alin, « mais non des moindres. Vous voyez exactement ce que vous obtiendrez et pouvez donc définir s’il s’agit d’une bonne scène infrarouge ou non. Cela vous permet de détecter ce qui ne va pas, mais aussi ce qui fonctionne bien, car la photographie infrarouge dépend énormément de l’heure et de la météo. Avec un reflex numérique, c’est plus une affaire d’optimisme. À moins bien sûr de connaître parfaitement le sujet, ce qui s’avère compliqué sans pouvoir le voir. »

 

alin popescu sony alpha 6000 cliché infrarouge d’une petite construction au milieu d’un champ

© Alin Popescu | Sony α6000 + FE 16-35 mm f/4 ZA OSS | 1/400s @ f/8,0, ISO 100

Pour ce qui est du timing et de la météo, la photographie infrarouge fonctionne une nouvelle fois à l’envers, le moment le plus propice étant à l’opposé de celui des prises de vue standard. « Tout comme en photographie classique, la principale source d’infrarouge est le soleil », explique-t-il, « mais à l’inverse, une journée nuageuse ou un soleil bas vous empêchera d’obtenir de bons clichés. Il vous faut donc réfléchir à l’inverse. »

alin popescu sony alpha 6000 cliché infrarouge d’arbres sur la rive d’un lac

© Alin Popescu | Sony α6000 + FE 16-35 mm f/4 ZA OSS | 1/320s @ f/8,0, ISO 100

Il développe : « Lorsque vous devriez normalement vous dire qu’en pleine journée la lumière n’est pas bonne, car il y a trop de soleil et de contrastes, c’est en fait à ce moment-là que vous obtiendrez cette magnifique lumière infrarouge réfléchie. Cela va complètement à l’encontre de vos instincts habituels de photographe, mais c’est ainsi que ça fonctionne. »

« L’avantage avec cette technique », conclut Alin, « c’est que vous pouvez photographier sur de plus longues plages horaires. En voyage, vous pouvez utiliser votre appareil classique pendant l’heure dorée, puis basculer sur votre boîtier infrarouge lorsque le soleil est plus haut dans le ciel. »

alin popescu sony alpha 6000 cliché infrarouge d’un berger rassemblant ses moutons face à un cabanon en bois

© Alin Popescu | Sony α6000 + FE 16-35 mm f/4 ZA OSS | 1/60s @ f/10, ISO 100

Et c’est là que l’appareil sans miroir prend tout son sens, lui qui est plus compact et plus léger que le reflex. « Lorsque vous emportez un appareil sans miroir comme l’α6000 pour travailler en infrarouge, vous n’avez besoin de rien d’autre que de ce petit boîtier. Alors même si vous ne l’utilisez pas souvent, vous savez que vous pourrez compter dessus si jamais une scène incroyable venait à se présenter. »

 

* Veuillez noter que ni Sony, ni aucun de ses centres de service agréés ne convertissent d’appareils en matériel infrarouge. Ces modifications matérielles sont déconseillées par Sony et s’effectuent aux risques et périls du propriétaire.

Produits présentés
ILCE-6000
Appareil photo Alpha 6000 de type E avec capteur APS-C

ILCE-6000

SEL1635Z
Vario-Tessar® T* FE 16-35 mm F4 ZA OSS

SEL1635Z

SELP1650
Objectif E PZ 16-50 mm F 3,5-5,6 avec stabilisateur optique SteadyShot

SELP1650

Articles connexes


x